4 juillet 2020, des militants d’Extinction Rebellion Strasbourg métamorphosaient la rivière qui parcourt la ville en une vaste coulée verte luminescente. En y répandant de la fluorescéine et réalisant un die-in sur les rebords de la rivière, ils souhaitent alerter sur le projet de confinement total de 42 000 tonnes de déchets dangereux dans d’anciennes mines de potasse gérées par Stocamine à Wittelsheim.

(Le produit utilisé et ainsi dilué est totalement inoffensif pour tous les êtres vivants et biodégradable à la lumière ( La fluorescéine est utilisée en ophtalmologie, en spéléologie, recherche de fuite et pisciculture (Source)) )

L’enfouissement définitif de déchets comme l’amiante, l’arsenic, le cyanure, le chrome ainsi que des pesticides, menace directement la nappe phréatique du Rhin Supérieur, plus grande réserve d’eau douce en Europe.

La nappe ruisselle sous nos pieds, de Bâle à Francfort en passant par l’Alsace au-dessus des mines de stockage.

L’eau finira forcément par s’infiltrer au fil du temps, elle sera alors contaminée pendant des centaines d’années. La menace est grande pour l’être humain ainsi que pour la biodiversité des cours d’eau et de tous les êtres vivants qui en dépendent.

C’est pourquoi les membres d’Extinction Rébellion dénonçaient ce jour : « Stocamine : l’eau de 7 millions de personnes contaminée, la nature sacrifiée ».

Les membres d’Extinction Rébellion souhaite jeter un coup de projecteur sur ce dossier qui doit concerner tous les citoyens. À l’heure où l’on entend parler, à Strasbourg et ailleurs, de déclarer «un état d’urgence climatique» il est plus qu’urgent de faire concorder les actes aux paroles.

Le confinement des déchets et galeries ordonnés par le gouvernement doit avoir lieu avant janvier 2021 alors que selon l’étude du BRGM ( L’étude du BRGM sur le possible déstockage (Source)) , le déstockage reste possible jusqu’en 2022. Les recours en justice ayant échoués, de même que les interventions des élus de la région auprès du gouvernement, seule une pression publique importante pourrait laisser espérer un déstockage…

Comment croire que nous pouvons lire le futur et nier la possibilité des séismes, de l’effondrement des tunnels miniers et de départs d’incendies ? Comment croire qu’une masse de béton résistera à l’érosion et aux effets du temps ?

Nous exigeons donc un déstockage total des déchets qui peuvent être traités et stockés ailleurs, dans un endroit où ils ne constituent pas une menace directe pour la survie de millions d’êtres vivants. Des solutions existent, il est urgent d’avoir assez de volonté politique pour les mettre en oeuvre.

Nous, Extinction Rébellion, exigeons l’arrêt immédiat de la destruction des écosystèmes océaniques et terrestres, à l’origine d’une extinction massive du vivant.

Sources