Dans la continuité de notre action d’affichage nocturne sur les pesticides le 12 avril, rue Keller, menée avec des membres d’Attac, Extinction Rebellion a soutenu ce matin l’action « Nature morte » au siège de Bayer à La Garenne-Colombes.

Près de 70 participants de Attac, Extinction Rebellion, La confédération paysanne et Radiaction ont créé dans le hall du siège une scène représentant le chaos environnemental et sanitaire. Outre les branchages, les arbres morts et les bidons “toxiques” installés, des activistes (certains en abeilles, d’autres en agriculteurs/trices) ont signifié la mort à l’oeuvre causée par les pesticides en tombant au sol.

Lors des prises de paroles, une de nos rebelles a pu rappeler nos revendications, notamment, « la reconnaissance de la gravité et de l’urgence des crises écologiques actuelles et une communication honnête sur le sujet » et « l’arrêt immédiat de la destruction des écosystèmes océaniques et terrestres, à l’origine d’une extinction massive du monde vivant ».

Photos

Texte lu par les rebelles

Tandis qu’en Europe, on incite les habitants à scruter leur empreinte carbone, à trier leurs déchets, et pendant que nous ramassons les mégots sur la plage, que nous manifestons pour le climat, la biodiversité et la justice sociale, des multinationales continuent, elles, à empoisonner impunément. Empoisonner les agriculteurs, les sols, l’eau, contribuant massivement à l’effondrement de la biodiversité.

Tous les ans, depuis 7 ans, nous marchons contre Monsanto. Nous marchons dans le monde entier pour dénoncer l’accaparement du vivant, la destruction des sols qui nous nourrissent, les suicides des agriculteurs. Depuis 7 ans nous marchons, mais nous allons vers l’extinction.

Car en créant des produits combinés de pesticides surpuissants et en privatisant les semences résistantes, Bayer/Monsanto ne s’accapare pas uniquement des bénéfices démentiels. Cette entreprise, comme d’autres, s’accapare dans le même temps la vie de millions d’agriculteurs et d’agricultrices, et au final les moyens de subsistance de populations entières. Des produits, dont nous interdisons enfin l’utilisation en Europe, sont encore vendus par ces entreprises ailleurs dans le monde.

Nos gouvernements sont ainsi complices de la destruction des écosystèmes. Car, malgré les rapports très récents des chercheurs du CNRS et du Muséum sur la disparition catastrophique des oiseaux des campagnes françaises – un tiers en 15 ans – , malgré les nombreuse études qui montrent que les pesticides sont une des principales causes de l’effondrement des pollinisateurs, le 2 mai dernier, la proposition de loi portant reconnaissance du crime d’écocide a été rejetée par le Sénat.

L’agro-industrie n’est pas seulement en train de breveter le vivant, elle est en train de le tuer et nous avec. Parce que les pesticides sont synonymes de mort, Parce que l’une de nos revendications est précisément d’exiger la vérité, nous, Extinction Rebellion soutenons tous ceux qui alertent sur les écocides et leurs causes et nous appelons à la rebellion contre l’extinction.