S’il est possible de boycotter la publicité télévisuelle, les affichages dans l’espace public, au contraire, s’imposent à nous, que nous le voulions ou non. La situation se dégrade même avec l’arrivée de nouveaux supports, toujours plus intrusifs : affichage déroulant, panneaux lumineux, publicités vidéos…

Pourquoi agir ?

L’enjeu de la publicité vis à vis du climat est triple :

• en premier lieu pour des questions de sobriété car la publicité pousse à la consommation de biens alors qu’il est aujourd’hui nécessaire de la réduire. De plus, elle est dédiée principalement à des annonceurs pollueurs issus des secteurs de la grande distribution et de l’automobile.

• En second lieu, la publicité est un secteur énergivore : les écrans publicitaires lumineux consomment ainsi sept fois plus d’électricité que des dispositifs traditionnels et sont sources d’une pollution lumineuse qui affecte la biodiversité et aussi le cycle du sommeil des citoyens. Chaque personne reçoit entre 400 000 et 800 000 messages publicitaires par an (Pêtre, 2007). Ces injonctions à consommer plus que ce dont nous avons réellement besoin sont omniprésentes dans la société. La publicité représente une pollution sur plusieurs aspects : paysagère, énergétique, environnementale, etc. Dans l’espace public, il convient de protéger les citoyens de cette agression afin de faire exercer la liberté de réception de ces derniers. Dans cet espace public, la publicité est surtout présente par voie d’affichage. Or, les collectivités locales ont le pouvoir de réglementer fortement la publicité dans leur espace public. Et ce par plusieurs mécanismes.

Comment la Commune Peut-elle agir ?

Des Règlements Locaux de Publicité peuvent être élaborés et/ou révisés par les communes ou les intercommunalités. Ils doivent aller au-delà de la réglementation nationale en limitant la place de la publicité dans l’espace public. Si elles ne peuvent pas agir sur le contenu des publicités, les collectivités peuvent décider de diminuer leur visibilité, ceci en arrêtant les contrats de mobiliers urbains publicitaires, en limitant leur taille et leur type, en réduisant leur nombre dans l’espace public etc.

Pourquoi s’oPPoser à la PubliCité dans l’esPaCe Public ?

Nous pensons que la publicité est nocive :

  • Son but est de créer artificiellement des pulsions de consommation.
  • Elle est issue des multinationales les plus puissantes et polluantes (MacDo, automobile, numérique, industrie du luxe…)
  • Elle pollue visuellement, en détournant notre attention
  • Elle pollue énergétiquement, en utilisant des ressources précieuses
    • affiches = papier = arbres
    • panneaux lumineux = électricité = réchauffement climatique

notre aCtion antiPubliCité, est-Ce du vandalisme ?

Non. Le vandalisme suppose la destruction. \ Notre action est une simple sensibilisation visant à faire prendre conscience au grand public du caractère inutile, nocif et polluant de la publicité.

mais il y a des annonCes de la ville Parmi Ces PubliCités !

Oui, et cette politique de la municipalité est discutable. En effet, elle tend à justifier la multiplication forcenée des panneaux publicitaire par l’intérêt public…. Mais tout en diffusant également les publicités des multinationales.\ La municipalité veut communiquer ? Très bien. Qu’elle installe des panneaux informatifs fixes sur lesquels elle diffusera uniquement des informations utiles aux citoyens –à l’exclusion de toute publicité.